SAP Business Suite Powered by SAP HANA Reinvents the Real-Time Enterprise
12 mars 2013

SAP announced on late January the availability of SAP Business Suite powered by SAP HANA, a new option for SAP Business Suite customers. SAP is now the only provider of an integrated family of business applications that captures and analyzes transactional data in real time on a single in-memory platform. SAP Business Suite powered by SAP HANA empowers customers to run their business in real time within the window of opportunity to transact, analyze and predict instantly and proactively in an unpredictable world.

continue reading here

Share on Twitter

SAP HANA highlighted by SAP at Cebit 2013
12 mars 2013

SAP made the show around SAP HANA in-memory technology at Cebit 2013: Just visit their page SAP @ Cebit 2013

More about SAP HANA? Visit SAP HANA webpage.

Share on Twitter

Big data, un marché de près de 17 milliards $ en 2015 d’après IDC
11 mars 2013

39% de croissance par an en moyenne, l’une des plus fortes progressions informatiques.

Les raisons de ce boom s’explique entre autres par le fait que « le big data n’intéresse pas seulement les grands comptes », d’après Sébastien Lamour, analyste chez IDC. Il vient de réaliser pour le compte de SAP Sybase une étude auprès de 100 entreprises de plus de 200 salariés sur cinq secteurs d’activité (*), entre avril et mai 2012.

Découvrez ici les détails de cet article intéressant qui parle d’une meilleure définition du Big Data, de la nécessité et l’importance de l’implication métier dans des projets Big Data et la création de nouveaux services.

Share on Twitter

Un nouveau rôle dans le monde informatique: Chief Data Officer (CDO)
11 mars 2013

Le Monde Informatique édite un article aujourd’hui à propos de la publication du dernier rapport Gartner sur les prochains enjeux IT en 2013.

L’un des points que nous avons retenu: l’apparition d’un nouveau rôle IT, le CDO, Chief Data Officier, exclusivement dédié au traitement des données autour des problématiques du big data, de la technology in-memory, etc.

L’article ici. Nous attendons vos commentaires. Merci

Share on Twitter

Pas de SAPPHIRE en Europe pour 2013
22 février 2013

Le Monde Informatique a révélé mardi dernier que SAP avait pris la décision déjà l’an dernier de ne pas organiser SAPPHIRE en Europe pour 2013.

Pas de grand messe ni technique ni autre mais plutôt des éditions locales jugées plus pertinentes par l’éditeur pour les utilisateurs et les partenaires.

Tout le monde ne sourit pas… Lire l’article

Share on Twitter

De l’intérêt de connaitre et d’appliquer les « best practices »
20 février 2013

Aujourd’hui, l’infrastructure se vend comme étant simple, à la portée de n’importe quel administrateur. Aussi, la virtualisation étant de nos jours un passage pour ainsi dire obligé, il n’est pas rare de voir un département IT se lancer dans l’implémentation hasardeuse de VMware vSphere, XEN Server ou toute autre solution de virtualisation accessible facilement.

Au départ, l’idée est simple : On a un vieux serveur à migrer, on se dit que c’est la bonne occasion pour se lancer dans la virtualisation. Alors on achète un nouveau serveur pour remplacer l’ancien, on installe VMware ESXi, on découvre les joies de la migration simplifiée, et on se lance.

De primes abords simple et anodine, l’opération signe le début des ennuis. Le produit étant simple, on convainc son management de l’intérêt d’investir dans une licence, puis de virtualiser, petit à petit, le reste de son infrastructure. Comme c’est tellement simple, on provisionne des machines de tests à tout va pour les collaborateurs du département tant qu’on y est.

Et soudain, la tuile. Les performances chutent à tel point que les utilisateurs s’en plaignent, les sauvegardent ne tiennent plus dans la fenêtre allouée, la direction tape du poing sur la table, et exige que ça change. Que s’est-il passé ?

La simplicité de l’informatique d’aujourd’hui est en fait un leurre. Bien que la prise en main et l’installation soient effectivement très accessibles, la configuration de l’environnement est une autre histoire. Faut-il réserver la mémoire, la puissance processeur ? Dois-je utiliser le thin provisioning ou non ? Pourquoi ? Comment dois-je configurer mon réseau ? Quel type de matériel virtuel dois-je choisir ?

Toutes ces questions trouvent réponse dans des documents appelés « Best Practices » généralement publiés par les éditeurs ou constructeurs. Par exemple, vous trouverez chez VMWare un document expliquant les best practices pour le déploiement de vSphere, chez Microsoft pour Exchange avec ou sans virtualisation, ou chez IBM, pour le déploiement du stockage.

Malheureusement, chercher et compulser ces documents demande beaucoup de temps. Or, de mes 20 ans de carrière, je n’ai jamais entendu un IT me dire qu’il avait du temps.

C’est là que nous, consultants, intervenons. Grâce à notre expérience, et également à notre réseau, nous sommes à même de faire profiter nos clients des best practices, non seulement publiées, mais également accumulées au cours de nos missions.  C’est toute la différence entre un fournisseur de solutions, et un fournisseur d’infrastructure. Ne vous y trompez pas.

Mais, allez-vous me dire, c’est cher, un consultant ! Vraiment ? Si une infrastructure est déployée de manière hâtive, et sans observer les best practices, vous aurez tôt ou tard tout à refaire. Je peux  vous garantir que vous n’aurez pas le temps de le faire vous-même. Cela risque d’impliquer non seulement l’engagement de ressources externes, mais aussi de matériel supplémentaire afin de permettre le basculement et la redéfinition de la solution. Allez expliquer ça à votre responsable des finances qui aura tôt fait de vous retomber dessus, et de vous demander pourquoi le coût du projet de base a  soudain doublé…

Alors… Toujours trop cher ?

Share on Twitter

SAP Business One, Analytics powered by SAP HANA: 1ère marche vers le in-memory pour les PME
20 février 2013

SAP HANA fait grand bruit. Ce, à juste titre. Cette technologie est, nous le pensons fermement, l’avenir des ERP et notamment les ERP destinés aux PME. SAP HANA va radicalement changer les habitudes de gestion d’entreprise des dirigeants de ce type de sociétés et dans un laps de temps très court, puisqu’ils peuvent dès à présent  disposer de cette technologie. Comment ? Simple… avec SAP Business One, Analytics powered by SAP HANA, le module SAP HANA Analytics pluggé directement sur SAP Business One.

Ce qu’il apporte

Concrètement, SAP HANA Analytics démultiplie la puissance des fonctions de reporting et de recherche dans l’ERP de SAP. Avec ce module, le temps se comptent en minutes ou en secondes et non plus en jours pour créer ses rapports, tableaux de bord, inventaires de stock, bilans mensuels de clients, etc. Le Monde Informatique le décrit très bien dans son article de mars 2012.

Comment est-ce possible? La solution combine du contenu et des outils puissants comme:

  • Une fonction “Recherche Entreprise” dotée d’une navigation intuitive des données SAP Business One
  • Des analyses interactives ad hoc par une interface de tableau pivot MS Excel.
  • Des tableaux de bord maximisés et renforcés dans leur vitesse de création, leur nombre et leur contenu:
  • des rapports prédéfinis avec un système de calcul intensif comme pour les inventaires de stocks ou les bilans mensuels de clients.
  • une gestion de cycle de vie comprenant un mécanisme d’initialisation et de duplication.

Impact dans sa gestion au jour le jour

Comme le traitement des informations est plus de 25 fois supérieur à la version standard de SAP Business One, on peut imaginer que…

  1. On prend des décisions beaucoup plus vite avec un reporting renforcé et un accès à plus de données et en un temps plus court
  2. Ses collaborateurs sont plus efficaces, car capables de générer des rapports standards et spécifiques sans aucune assistance informatique
  3. La performance de son entreprise est accrue puisque le système est plus réactif aux requêtes des utilisateurs
  4. Son retour sur investissement est meilleur et plus court en capitalisant sur les données transactionnelles et opérationnelles dans le processus de prise de décision
  5. On est tranquille pour longtemps avec une technologie pérenne développée par un éditeur unique et leader du marché.

voilà pourquoi nous croyons en cette technologie.

A qui s’adresse SAP Business One, Analytics powered by SAP HANA?

Nous préconisons ce module aux entreprises, utilisant déjà SAP Business One ou étant en passe de l’acquérir, et qui ont un besoin urgent d’accéder à de gros volumes de données en temps réel, comme par exemple, les sociétés de biens de consommation ou de fabrication de produits high-tech, ou encore les entreprises actives dans les sciences de la vie, le Ecommerce ou le commerce de détail.

Pour tous ceux-là et pour les autres, il y a aussi SAP Business One for SAP HANA, la version complète de SAP Business One sous SAP HANA.

Share on Twitter

SAP Business One for SAP HANA: l’ERP des PME version SAP HANA est enfin disponible
20 février 2013

SAP l’a récemment annoncé: SAP Business One est disponsible sous SAP HANA. Désormais, les PME peuvent disposer d’un ERP complet intégrant la technologie in-memory sur l’ensemble des modules standard avec en plus, des fonctionnalités supplémentaires. Une bonne nouvelle lorsqu’on sait que IDC a estimé qu’en 2009, le volume du contenu digital mondial s’élevait à 487 milliards de gigabits et que ce chiffre doublerait tous les 18 mois au cours des prochaines années! Mais revenons à nos moutons…

Les atouts de la solution en quelques mots

La véritable valeur ajoutée de SAP Business One for SAP HANA (lien en anglais) réside dans sa capacité à donner accès en temps réel à plus de données ET à plus d’utilisateurs connectés simultanément.

Dans les faits, cela se traduit par des fonctions de reporting et de recherche à la puissance 10, comme avec l’option « SAP Business One, Analytics powered by SAP HANA » qui offre:

  • Une fonction “Recherche Entreprise” dotée d’une navigation intuitive des données SAP Business One
  • Des analyses interactives ad hoc par une interface de tableau pivot MS Excel.
  • Des tableaux de bord maximisés et renforcés dans leur vitesse de création, leur nombre et leur contenu:
  • des rapports prédéfinis avec un système de calcul intensif comme pour les inventaires de stocks ou les bilans mensuels de clients.
  • une gestion de cycle de vie comprenant un mécanisme d’initialisation et de duplication.

Mais la technologie in-memory est intégrée aussi aux autres fonctions de base de SAP Business One: comptabilité & finance, vente, SAV, CRM, gestion des stock et inventaire, achats. Ce qui renforce la puissance de l’outil dans l’ensemble de la gestion de l’entreprise.

De plus deux modules ont été ajoutés:

  • le module ATP (Available to Promise) qui donne en temps réel une visibilité des stocks et inventaires courants pour avoir en un clic, l’état des stocks par client et type de produit. Par conséquent, on peut organiser plus facilement le réapprovisionnement nécessaire à ses clients les plus fidèles et les plus rentables.
  • Une application de prévision de trésorerie renforcée qui trace les ventes, les bons de commande, les paiements et toutes les autres transactions critiques affectant ses liquidités. En clair: on suit en temps réel son solde courant.

SAP Business One for SAP HANA:  dans les faits…

Si on se place dans la peau d’un dirigeant de PME, on peut dire qu’il pourra alors:

  1. Améliorer considérablement la planification et la gestion des opérations clefs de gestion d’entreprise: les ventes, la production, les finances
  2. Prendre ses décisions plus vite et mieux en ayant entre les mains et en temps voulu les bonnes informations pour sa prise de décision
  3. Compter sur un accroissement de la performance de son entreprise même avec plus d’utilisateurs
  4. Réduire ses coûts opérationnels par un simple gain de temps dans toutes les opérations journalières

Pour qui cette solution?

SAP Business One for SAP HANA a été conçue pour les PME qui ont besoin d’absorber et traiter simultanément et en temps réel de très gros volumes de données de formats multiples et variés tout en réduisant ses coûts informatiques. Les secteurs les plus concernés: secondaire et tertiaire mais aussi le secteur public.  Quelques exemples : commerce, service, production à la demande, logistique, secteur de la santé, biens de consommation, banque et assurance, commerce en ligne, high tech.

Pour plus d’information, vous pouvez consulter une video SAP disponible sur YouTube (en anglais)

Share on Twitter

L’IT en Suisse: plutôt optimiste – ICT journal
24 janvier 2013

L’association Swico a publié son indice. Pour l’IT en Suisse, le chiffre gagnant est 106 à 112 points, bien au-dessus de l’industrie. Lire tous les détails dans l’article ICT Journal.

Share on Twitter

Dépenses IT 2013: Gartner Optimiste
24 janvier 2013

Les dépenses globales IT devraient augmenter de +4,2% cette année. La plus grande progression est prévue sur le marché des solutions d’entreprises.

A lire dans ICT journal

 

 

Share on Twitter